Plume pas mon auteur !  Les auteurs jeunesse manifestent à Montreuil 

Plume pas mon auteur !  Les auteurs jeunesse manifestent à Montreuil 

On n’est pas des pigeons…disent les auteurs habillés de plumes diverses autour du cou ou dans les cheveux dans les allées du Salon du Livre jeunesse de Montreuil 2017.
« Pas d’auteurs, pas de livres : laissez-nous nos plumes pour vivre. »
Slogans drôles pour une  situation pas drôle, la portion congrue laissée aux auteurs jeunesse dans un secteur pourtant en très bonne santé, 5% de hausse des ventes en 201, leur précarisation interroge en effet.

©ActuaLitté, CC BY SA 2.0 (pour la photo)

Au sujet des migrants…

Au sujet des migrants…

En lien avec le numéro de NVL la revue Des migrants et des migrations de Décembre 2016, je vous recommande de lire les propos de Patrick Chamoiseau dans « L’utopie est une sorte d’oxygène », Télérama n°3516, 3-9 juin 2017.

… »La fraternité à leur égard est essentielle , il est impossible de ne pas se sentir concerné. Mais la compassion ne suffit pas: si on se limite à la dimension humanitaire , on risque de passer à côté d’une autre réalité,. Les migrants ne sont-ils pas en train de déchirer un voile entre nous et le monde tel que nous le percevons, Ils ne reconnaissent pas les frontières, ne sont plus assignés à une terre d’origine, prennent le risque de sauter dans l’inconnu, d’affronter la mort pour tenter quelque chose d’aujourd’hui inconnaissable:une nouvelle réalité de l’homme dans le monde. Les migrants anticipent une mobilité nouvelle… »

Enfance protégée ?

Enfance protégée ?

Non le monde actuel n’est pas celui des Bisounours et nos enfants sont pris dans la tourmente de la haine aveugle qui peut frapper partout tout le temps, la littérature de jeunesse ne peut se détourner d’un nécessaire discours de vérité et de réassurance pour continuer à avancer sans (trop de) peur. C’est là que nous sommes.

Elle doit être furieuse !

Elle doit être furieuse !

Un article dans Le Monde, (PJ Catinchi, 11/09/2015) au sujet de Denise Dupont-Escarpit a suscité un billet d’humeur de Janie Coitit-Godfrey, qui l’a acccompagnée durant plus de 35 ans.
« Je trouve l’article sur Denise publié dans le Monde malheureusement très incomplet !
Il ne parle, ni de ses mandats de présidente de l’IRSCL (Société Internationale de Recherche en Littérature de Jeunesse) de 1981 à 1985 où elle a impulsé un esprit nouveau à la recherche en LEJ et organisé 3 conférences internationales, ni de tous ses voyages en Amérique du sud pour prêcher l’accès à la lecture pour les plus pauvres, ni de son prix GRIMM décerné depuis 1987 à des travaux éminents dans le domaine de la littérature d’enfance et de jeunesse.
Dommage!
Une fois de plus dans toute la première partie de cet article elle apparaît comme « femme de »,
et elle doit être furieuse!… »

Janie Coitit-Godfrey

Photo: Denise avec Sonia Svensson de l’Institut suédois du livre pour enfants lors de la conférence de l’IRSCL en 1985 à Montréal.

« L’ivresse du livre » , tendance, fashion, pipeau?

L’ivresse du livre, titrait Patrick Williams, rubrique Info de ELLE du 23 janvier. Vous vous étonnez que je cite ici un hebdo féminin? c’est que ce papier fait chaud à nos coeurs. « Nous avons tellement pianoté sur nos Smartphones,tellement cliqué,tellement annoncé le sacre des liseuses que nous ne donnions plus très cher de ce vieil objet fait de papier et d’encre. Or le bouquin à l’ancienne se voit plébiscité par ceux-là même qui semblaient ses ennemis… » Non ?? On assisterait à un « rejet de la dématérialisation propre à la culture digitale ». Internet ne serait pas un concurrent de l’édition classique mais « un formidable tremplin ». Waouh!… » Tous les auteurs n’ont qu’un but: être édité sur papier ». OK,fantasme d’auteur, mais quid des lecteurs ?? Le livre numérique ne représenterait que 4% des ventes en France et « le livre dans sa matérialité possède une incomparable valeur affective ». Ouiiii, acquiesce-t-on, enthousiaste. Des preuves ? Céline- pas l’auteur, la maison de couture !- a pris comme égérie Joan Didion, l’écrivaine américaine de 80 ans.  Je vous sens encore dubitatifs mais « récemment , un panneau autoroutier de Los Angelès a été hacké.(sic) On pouvait y lire : Read a Fucking Book. Les automobilistes ont apprécié.  » Vous voyez…et si la mode vient des USA, le livre va devenir furieusement tendance, je me sens déjà une  bookista. LOL.