Septembre 2017

Littérature multilingue pour enfants plurilingues

14,00

Catégorie :

ÉDITO, Claudine C Stupar

LITTÉRATURE MULTILINGUE POUR ENFANTS PLURILINGUES  
Les Juments blanches, poème de Paul André
Intérêt du bilinguisme précoce, Gilbert DALGALIAN
Babil babel, Dominique RATEAU
Chabatz d’entrar – Langue et territoire occitans, Clément FLOUROUX
Una sopa de cailhau, en classe bilingue occitan, Carole GOURG
Div Yezh, littérature jeunesse en classe bilingue breton, Isabelle LE NABAT
Aperçu sur l’édition en breton, Claudine C. STUPAR
Eltern et bilinguisme en Alsace, entretien, Claudine C. STUPAR
Permanence de l’Euskara, Claudine C. STUPAR
Libreplume et la lecture en basque, Pauline BESTAVEN
A lingua si ne more : le corse, une langue qui se meurt ?,
Stella RETALI MEDORI et C C STUPAR
ZéBuLo, une maison d’édition réunionnaise, Bruno GABA
et Bernadette POULOU
Années 70, déjà un Père Castor plurilingue, Claudine C. STUPAR

Le port a jauni, édition en français–arabe, Mathilde CHÈVRE
et Régis LEFORT
Des livres pour faire parler les langues entre elles, Yvanne CHENOUF

PAROLES DE PRO(F)
Littérature ouverte, des albums multilingues en maternelle,
Eléonore SAUBUSSE

NOUVELLES LECTURES

Edito

Intriguées par la diversité de langues dans laquelle on publie de la littérature jeunesse en France, nous avons croisé des questions idéologiques et des problématiques humaines si cruciales que le dossier en a pris un volume inattendu ! Littérature multilingue pour enfants plurilingues : pédantisme à utiliser 2 mots a priori de même sens ? Où sont alors les polyglottes ? On avait pensé intituler Pour un bilinguisme précoce… Et quid du problème des migrants allophones ?… Ces termes loin de renvoyer à d’abstraites questions lexicales recouvrent en fait des réalités lourdement chargées d’affects et de valeurs symboliques. Est plurilingue l’individu qui parle plusieurs langues, sa langue maternelle comprise. Est multilingue telle société, tel territoire ou tel contexte, où coexistent des langues diverses. Ainsi, le Royaume Uni est multilingue, à cause des divers flux migratoires, mais les Anglais sont les moins plurilingues qui soient, des observateurs s’inquiètent de ce que l’apprentissage des langues y est en chute libre, les jeunes Anglais sont en train de devenir monolingues… Voyons, le monde entier n’est-il pas censé parler anglais ?! Erreur. 50% des Européens sont monolingues (comme 97% des Japonais ! ) dans une Europe pourtant multilingue : 23 langues officielles, près de 60 langues parlées. La France est multilingue…mais ne veut pas le savoir, attachée à sa langue unique vue comme ciment de l’unité républicaine. C‘est dans ce contexte que le concept de plurilinguisme a pris de l’importance ces dernières années. Ainsi le Conseil de l’Europe veut « promouvoir le plurilinguisme en contexte pan-européen ». L’avenir s’ouvre aux jeunes plurilingues capables d’échanger avec leurs semblables dans une compétence communicative où les langues sont en corrélation et interagissent. Le psycholinguiste Gilbert Dalgalian montre que c’est le bilinguisme précoce qui en crée les conditions favorables. Bilingue : même ce mot simple révèle une réalité qui l’est moins. Ainsi un enfant français avec parent anglophone ou germanophone sera qualifié de bilingue, alors que l’enfant de famille immigrée algérienne ou turque, on le dira plutôt allophone ( qui ne parle pas le français en langue première), preuve qu’on ne le reconnait pas comme bilingue, sa langue familiale n’étant vue que comme obstacle à son intégration. Or, ce dossier montre justement que tout bilinguisme, quel qu’il soit, développe la capacité langagière, stimule le développement intellectuel, d’autant plus s’il est là avant 7 ans quand les langues s’ancrent dans un contexte affectif, un environnement sensoriel et symbolique dans lequel chaque langue fait levier. Le cerveau, lui, se moque que les langues soient dominantes ou minoritaires... Pour les langues régionales « minoritaires », le bilinguisme combattu avec succès par les « hussards noirs de la République » début XXe est aujourd’hui négligé. C’est la société civile fondée en associations qui, dans toutes les régions, oeuvre à la réappropriation des langues et cultures associées. Nous avons ouvert nos colonnes à leur action opiniâtre ; leur volontarisme comme leurs difficultés et découragements transparaissent dans tous les articles. Mais tous ont compris que c’est avec les plus jeunes qu’il faut travailler, que leur bilinguisme familial ou régional est gage d’avenir et non repli sur le passé. Il faut commencer très tôt. Dominique Rateau montre que la lecture d’albums est la clé de cette compétence communicationnelle bilingue. Une littérature jeunesse existe dans toutes les langues, des éditeurs régionaux publient des livres sans cesse meilleurs, des enseignants expliquent comment ils les utilisent, Yvanne Chenouf trie des albums français propices au travail d’intégration des allophones. Et les langues de l’immigration sont tout aussi concernées, le travail de l’édition Le Port a jauni bilingue arabe est enthousiasmant. « Ma maitresse a dit qu’il fallait posséder la langue française …» mais la langue des parents, de la région où on vit ou du pays d’où on vient n’y fait pas obstacle. Au contraire. Alors, vive le slogan de NVL : Lectures pour tous, jamais trop, jamais trop tôt.

Claudine Charamnac Stupar, présidente NVL-Centre Denise Escarpit

Informations & ressources

Date de sortie : Septembre 2017

Numéro de la revue : Littérature multilingue pour enfants plurilingues

Numéro de la revue : 217

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Littérature multilingue pour enfants plurilingues”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.