Coeur-des-Forêts a parlé

Coeur-des-Forêts a parlé

Conte Inuit pour un bilan écologique de ce que nous fûmes et de ce que nous sommes devenus.

Un conte inuit lanceur d’alerte. Un enfant-arbre, voix de la nature pour réveiller la conscience des hommes. Sculpté dans une souche de saule, il porte la parole de Tout-ce-qui-vit. Ours, caribou, chouette et tous les autres. A la ville, il s’arrête, s’enracine, grandit, et devient l’Enfant-arbre-de-vie, pour rappeler aux hommes la chaine dans laquelle ils sont inscrits et qu’ils ne doivent pas rompre. Le texte mêle magie et poésie par la simplicité, par la parole rare et précieuse qui est produite, et le leitmotiv de la mission de l’enfant pour Tout-ce-qui-vit. « Les hommes ont oublié. »
Les illustrations donnent à partager ces lieux encore préservés. Des bleus, froids, immenses, mais aussi des couleurs d’aurores boréales. Des arbres aussi, et les animaux du pays des neiges et la vie essentielle des hommes des igloos. Puis la ville et le peuple de la ville. Espoir, les enfants dansent. Le message est passé. Bravo. Marie Dufon-Roche

Patrick Fischermann/ill. Bruno Pilorget – Coeur-des-forêts a parlé
Rue du monde, 2017 .17,00 € – 9782355044809. A partir de 6 ans
Mots-clés : conte inuit, nature, planète, écologie, Grand Nord

Les oies de Baba Yaga

Les oies de Baba Yaga

Une version « made in » Rue du monde  du célèbre conte russe.

Irina a la responsabilité de surveiller son petit frère Ivan pendant que ses parents partent vendre des betteraves au marché. Mais, la tentation est trop grande d’aller voir ce qui se passe derrière le portail. Voilà, Irina partie en exploration et un petit frère qui se fait capturer par les terribles oies de la sorcière Baba Yaga. Irina sans hésitation part à leur suite. De manière ferme, elle refuse l’aide d’un four à bois, d’un pommier et d’une rivière de lait. Finalement, alors qu’elle n’avait plus d’espoir, elle découvre la maison de la terrible femme. Une grenouille lui propose son aide. Irina baisse la garde, elle accepte. Son frère libéré, ils ne sont pas encore à l’abri. Ils retrouvent la rivière de lait, le pommier et le four. Irina, moins têtue et plus humble accepte leur protection. Ils sont sauvés !

Un version du célèbre conte par Alain Serres. Irina sauvera sa peau et celle de son petit frère en acceptant l’aide des autres. Un dossier documentaire sur la vie quotidienne, la culture et les traditions de la Russie complète le conte. Les illustrations aux teintes pastels apportent de la douceur et nous plongent dans une ambiance slave.

Julie Balland

Alain Serres, Alessandra Vitelli – Les oies de Baba Yaga
Rue du monde, collection Papagayo poche, 2016. 7,80€ – 9782355044229. A partir de 7 ans

Conte, Russie, responsabilité, désobéissance, humilité, sorcière, Baba Yaga