Fredun Shapur

Fredun Shapur

Son nom est déjà un poème… Fredun Shapur. Depuis les années 60, cet artiste a créé pour de nombreuses marques, des jeux en bois, des puzzles, des jouets de papiers et de tissu pour les tout petits. On le découvre alors dans le monde entier. Avec lui, le livre aussi  trouve comme un nouveau regard : à travers ses graphismes naît une forme nouvelle et un autre usage de la couleur.

Il a été peu publié mais aura bousculé l’imagerie traditionnelle.

Tel un origami taillé dans un bois brut et qui aurait pris vie, son Blackie le chat, la moustache rieuse, se tient là, perché sur une table au rouge vif, posant sur nous un grand regard en noir et bleu Trois couleurs pour panacher le pelage, non pas mêlées comme dans une peinture mais serrées l’une contre l’autre, comme un puzzle dont les pièces s’assemblent. Spot le chien est taillé dans ce même bois imaginaire, origami de couleurs qui fait de l’image en elle-même une joie pour le regard, mêlant exaltation et tendresse: une vraie image- jouet.

La composition de ses images est tout aussi ludique. Des formes coupées dans la couleur composent la niche, la table, la chaise. Un petit univers de jeux d’enfants complices au jeu de l’animal qui se construit en 6 couleurs: rouge, bleu, noir, blanc, marron, orange. Le texte est fait de cette même simplicité : avec les phrases courtes posées les unes à côté des autres, on compose sa propre chanson, dans l’infinité de jeux possibles contenus dans seulement quelques mots : Spot likes Sally. / Spot runs to Sally and tags his tail. / Spot tags his tail on the blue pain. / Spot has blue pain on his tail.

Dans Round and round and circle, Fredun Shapur propose également des superpositions de couleurs, jouant sur l’opaque et la transparence. L’image, toujours, est traitée et ressentie comme un objet en 3 dimensions. Ce qu’on pourrait qualifier de « design graphique », mériterait un nom plus joyeux. Aussi joyeux que cette démarche du créateur, qui joue avec les couleurs, joue avec les formes, joue pour nous inciter à jouer.

On trouvera beaucoup d’images du travail de ce designer pour l’enfance, mais peu de l’artiste même, petit homme à l’allure discrète, qui vient de disparaitre en ce mois d’octobre 2019. Rendons lui hommage car il nous laisse peut-être l’essentiel, à travers son oeuvre : le sentiment d’ un perpétuel émerveillement

Sarah Piazzo