Les oies de Baba Yaga

Les oies de Baba Yaga

Une version « made in » Rue du monde  du célèbre conte russe.

Irina a la responsabilité de surveiller son petit frère Ivan pendant que ses parents partent vendre des betteraves au marché. Mais, la tentation est trop grande d’aller voir ce qui se passe derrière le portail. Voilà, Irina partie en exploration et un petit frère qui se fait capturer par les terribles oies de la sorcière Baba Yaga. Irina sans hésitation part à leur suite. De manière ferme, elle refuse l’aide d’un four à bois, d’un pommier et d’une rivière de lait. Finalement, alors qu’elle n’avait plus d’espoir, elle découvre la maison de la terrible femme. Une grenouille lui propose son aide. Irina baisse la garde, elle accepte. Son frère libéré, ils ne sont pas encore à l’abri. Ils retrouvent la rivière de lait, le pommier et le four. Irina, moins têtue et plus humble accepte leur protection. Ils sont sauvés !

Un version du célèbre conte par Alain Serres. Irina sauvera sa peau et celle de son petit frère en acceptant l’aide des autres. Un dossier documentaire sur la vie quotidienne, la culture et les traditions de la Russie complète le conte. Les illustrations aux teintes pastels apportent de la douceur et nous plongent dans une ambiance slave.

Julie Balland

Alain Serres, Alessandra Vitelli – Les oies de Baba Yaga
Rue du monde, collection Papagayo poche, 2016. 7,80€ – 9782355044229. A partir de 7 ans

Conte, Russie, responsabilité, désobéissance, humilité, sorcière, Baba Yaga

Debout tout le monde!

Debout tout le monde!

Un album animé et plein d’humour sur la vengeance (une petite et gentille vengeance, hein?)

Le soleil vient tout juste de se lever et un petit oiseau bien matinal a décidé de réveiller tout le monde. On peut dire qu’il y met du cœur, il les secoue, les rudoie : « Debout gros paresseux ! ». En ouvrant les rabats, on découvre la nouvelle « victime » de ce petit piaf énergique : crocodile, singe, hippopotame, zèbre, tous encore plein de sommeil et accrochés à leur doudou. Il est bien trop tôt !
Si c’est comme cela, fatigué de sa tournée, l’oiseau se recouche. Mais, c’est sans compter sur la malice de ses amis : « C’est pas encore l’heure de la sieste ! » L’arroseur arrosé….

Julie Balland

Emile Jadoul – Debout tout le monde !
Casterman, collection Les p’tits flaps, 2016. 12,50€ – 9782203095120

Réveil, vengeance, livre à flaps, humour

« Zizi Lolos Smack !! » en complément du numéro 213 de NVL la revue à paraître fin septembre 2017

« Zizi Lolos Smack !! » en complément du numéro 213 de NVL la revue à paraître fin septembre 2017

C’est génial ! Décapant ! Drôle ! Juste scientifiquement ! Répond à toutes les questions que les jeunes peuvent se poser sur l’amour et la sexualité. Et je dis bien toutes, sur le zizi, la zezette (et tous les autres noms qu’on peut leur donner !), sur tous les changements qui peuvent s’opérer entre 9 et 14ans, tant sur le plan physique que sur le plan émotionnel.
C’est un album interactif réalisé avec beaucoup d’imagination et d’humour, avec plein de petites portes à ouvrir : un slip, une feuille de vigne, soulever une couette ; comme pour accompagner symboliquement le jeune dans sa découverte de son corps et de son fonctionnement.
Cet album dénonce aussi les visions stéréotypées des garçons et des filles par un petit jeu de « vrai ou faux » dès la première page. Mais alors pourquoi retombe-t-on sur les stéréotypes lorsqu’à la page 20 il y a le quizz sur la fille idéale et le garçon idéal ? « Plus tard elle sera : maîtresse d’école, danseuse, infirmière, comme ta maman ! » et pour lui « pompier, vétérinaire, président de la République ? » Même s’il y a aussi « fleuriste et dresseur de puces ! »
Un album à vraiment mettre entre toutes les mains !!!… Et qui complétera merveilleusement notre numéro de NVL la revue sur le corps à sortir fin septembre.

Janie Coitit-Godfrey

Delphine Godard et Nathalie Weil/ill. Stéphane Nicolet – Zizi Lolos Smack !!
Nathan, 2013 – 16,90 € – 9782092547229. Pour les 9-14 ans
Note : 4/5

Je veux manger un lion !

Je veux manger un lion !

Grand album pour démystifier l’ogre qui fait si peur !
Pour plaire à son fils rassasié de manger des enfants, Papa-Ogre est en quête d’un lion pour déjeuner. Recherches vaines mais très drôles dans un zoo – à quoi peut bien ressembler un lion – la rencontre a enfin lieu. Mais oh ! surprise, le lion a très grand appétit et débandade chez les ogres ! La chute est brutale. « Mais si, Papa, j’adore les enfants ! » Les ogres sont restés des ogres, mais, attention, les enfants eux, ont changé… Cachés dans les arbres, ils ont tout vu. Ils n’ont plus peur. Ils savent que les ogres sont des poltrons ridicules.
L’humour est dans le renversement de situations, dans la transgression verbale « pauvre andouille » dans le bec d’un flamand rose, ou « chère andouille » chez l’ogre pour amadouer le lion. Un crayon rapide et malicieux, un trait naïf font visiter le zoo avec humour et de grandes doubles-pages relèguent nos deux ours dans un coin ou en contre-champ… Ridicules…Les proportions raviront les tout-petits.
Pour aider les enfants à se régaler des histoires d’ogres sans en avoir trop peur.
Marie Dufon-Roche

Christophe Maury/ill. Nathalie Dieterlé – Je veux manger un lion !
Casterman, 2015. 13.95€ – 9782203095359. Dès 3 ans
Note : 4/5

Kilomètre zéro

Kilomètre zéro

Un roman sur les retrouvailles entre un père et son fils.

Benjamin, 12 ans, va partir un mois en randonnée avec son père. Un mois pour traverser la moitié de la France, un mois pour vivre comme des aventuriers ! Eh, bien, ce n’était pas du tout ce plan là qu’il avait en tête notre jeune citadin ! Cela ne le fait pas du tout rêver, et puis partir avec son père ne l’enchante guère plus. Ces derniers temps, son père est plutôt aux abonnés absents et quand ils se voient c’est pour parler des résultats scolaires !
Mais lors de ce voyage, ces deux-là vont renouer et ré-apprendre à se connaître, à tenter de discuter sans prise de becs et à se dire finalement qu’ils passent de bons moments ensemble.
Un roman qui mêle humour et tendresse. Rencontres insolites, situations cocasses, et les pensées et répliques cinglantes de notre ado. Cuvellier dépeint de manière sensible ces retrouvailles entre un père et un fils, ils sont attachants tous les deux, même ce père qui pue des pieds et qui fait du bruit en mangeant ! Son premier roman édité en 2002. Ici, une nouvelle édition avec couverture inédite.
Julie BALLAND

Vincent Cuvellier – Kilomètre zéro
Rouergue, 2016 [nouvelle édition]. 9,50€ – 9782812610592. A partir de 9/10 ans
Note : 3/5

Domino

Domino

Un album au thème difficile : la corrida et la cruauté des hommes. Aucune image ne donne à voir la violence de la corrida. Le texte, lui, décrit le supplice de Domino avec pudeur, le bon dosage pour des enfants.

Domino est un jeune taureau, né avec une tâche blanche. Chacun répète qu’avec cette tâche, il ne pourra jamais y aller… Aller où ? A la corrida voyons ! Les taureaux rêvent de ce moment, c’est l’inconnu mais cela ne peut qu’être bien, et Domino est comme eux, il désire ardemment y aller. Mais, à chaque fois, il est recalé en raison de sa tâche. Un jour, sa mère « Mamimou » amène son « Petitou » à la plage et lui conseille de se rouler sur des galettes de pétrole. Voilà, la tâche a disparu , il est devenu comme les autres.
Enfin, il part en direction des arènes et Domino découvre ce qu’est vraiment la corrida. Terrorisé, il rentre sur la piste et son corps se couvre de tâches blanches, le public rit et manifeste son animosité. On sort Domino de l’arène et son destin semble scellé : direction les abattoirs. Heureusement, un vieux monsieur à la drôle de lubie le récupère et désire se constituer un drôle de troupeau : un troupeau de vaches et de taureaux à tâches uniques ou multiples ! Une originalité qui va plaire dans le monde entier et rendre célèbre Domino.
Est également abordée le thème de la différence. Une différence qui met à l’écart, qui est source de moqueries. Mais cette particularité physique va être son salut, elle va le sauver de son cruel destin !

Une histoire touchante qui finit bien. Les couleurs ocres du début et le vert chatoyant de la fin donnent beaucoup de douceur à l’ensemble de l’album, et malgré la dureté du sujet notre Domino est et reste un taureau heureux (avec sa maman puis avec Monsieur Piccolo).
Julie BALLAND

Martine Bourre – Domino
Pastel, 2015. 13€. Dès 7/8 ans
Note : 4/5