juin 2015

(p)Oser des mots sur les maux

14,00

Édito

NVL et l’Orthographe Rectifiée (Claudine C.Stupar)
(p)OSER DES MOTS SUR LES MAUX
– Adolecteurs au bord du monde : la découverte de l’altérité / Annie Rolland
– En chienneté, évasion en milieu carcéral, Bast / Bernadette Poulou
– Livres en prison, entretien avec M. Terrusse / Marie-Pierre Darfeuille
– Contes merveilleux pour enfants en souffrance / Géraldine Narzabal, Philippe Drouot
– La métaphore thérapeutique : des livres jeunesse en orthophonie / Catherine Langumier, Françoise Atia
– « Les livres m’ont sauvé la vie », sélection d’albums / Claudine C. Stupar
– Pour les Margot / Olivier Belhomme, Atelier du Poisson Soluble
– Bisous de famille, entretien avec Didier Jean et Zad, Utopique / C.C.Stupar
– De l’importance du lecteur /Sophie Ducharme
POÉSIE
– Je rêve le monde assis sur un vieux crocodile / C. C. Stupar, M. Dufon Roche
NOUVELLES LECTURES
INDEX DES LIVRES CITÉS

Images des couvertures 1 et 4 : Noémi SCHIPFER, Le Garçon, éditions MeMo, 2011. ©MeMo. Avec l’aimable autorisation des éditions MeMo et de l’illustratrice Noemi Schipfer ( www.noemishipfer.com).

Edito

Le Garçon a la faculté de s’échapper de son corps quand il rencontre une réalité qu’il n’aime pas : métaphore aussi que ces images d’un enfant pris dans les lignes, dans le silence froid de leur géométrie, comme déréalisé. Surtout dédoublé : l’un est l’être repérable, encore dans les normes et les couleurs de la vie, dissimulant l’autre, le double quasi invisible, lignes brisées. Inatteignable. Certaines lectures feraient du bien, reconstruisant cette unité perdue… C’est l’hypothèse de ce numéro centré sur la réception des livres jeunesse dont certains osent poser des mots sur des maux parfois tus, ou tabous, ou indicibles. Oui, il y a des livres qui nous font mal, à nous adultes, tant nous est insupportable d’y voir ce que nous souhaiterions occulter, la souffrance des enfants, la litanie des malheurs ordinaires et extraordinaires qui les accablent, et la douleur de vivre qui les atteint jusque dans nos cocons. Pourtant Annie Rolland explique les bienfaits pour les adolescents de ces noirs romans sans lesquels « vous ne croyez pas que vous existez »… Deux auteurs, deux éditeurs d’albums évoquent d’émouvants retours de lecteurs. Bouleversants aussi, les témoignages d’une bibliothécaire pénitentiaire et du dessinateur Bast tentant d’ouvrir l’horizon à des mineurs incarcérés « en chienneté ». Enfin, des thérapeutes dévoilent comment ils s’appuient dans leurs pratiques soit sur des contes traditionnels pour soigner des enfants psychotiques, soit sur des albums enfantins pour dénouer le nœud gordien d’un échec scolaire, mais, ce faisant, ils nous disent le rôle essentiel des récits de fiction. N’est-ce pas à la lecture de L’Ile mystérieuse que Guillou - Le Sagouin , l’enfant rejeté considéré comme débile par sa mère- s’émerveille et vibre ? « C’est si beau lorsque Cyrus Smith dit : “ Tu es un homme puisque tu pleures…“ » « Une page ou une phrase nous donne de nos nouvelles et nous prenons soudain conscience d’un vérité intérieure ». Il en va des enfants et des adolescents, comme des adultes. Oui, les livres nous parlent. La musique d’une phrase, la caresse d’un mot, l’histoire d’un personnage, soudain nous émeut, nous met en mouvement dans notre propre histoire. La littérature a ce pouvoir. 1Noémi Schipfer, Le Garçon, Editions MeMo/www.noemischipfer.com Cf images des couverture 1 et 4. 2Jules Verne, L’Ile Mystérieuse 3François Mauriac, Le Sagouin, 1951 4Régine Detambel, Les livres prennent soin de nous. Pour une bibliothérapie créative, Actes Sud, 2015

Claudine Charamnac Stupar et Bernadette Poulou

Informations & ressources

Date de sortie : juin 2015

Numéro de la revue : (p)Oser des mots sur les maux

Numéro de la revue : 204

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “(p)Oser des mots sur les maux”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.